POUR NOEL, COMMANDEZ AVANT LE 25 DECEMBRE ET RECEVEZ UN CADEAU !                                            

Mon panier (0) 
Mon compte

Tens

Sigle acronyme désignant la "Neurostimulation électrique transcutanée", technique qui permet de soulager les symptômes de l'arthrose du genou et, plus généralement, soulager diverses douleurs (chirurgie dentaire, accouchement, post-opératoire...).

TENS

Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation


La stimulation électrique transcutanée (TENS) est une stimulation antalgique qui s'effectue avec des impulsions qui atteignent le système nerveux périphérique à travers des électrodes positionnées sur la zone à traiter.
La stimulation TENS s'effectue généralement avec des impulsions biphasiques et symétriques (onde carrée) et avec des fréquences qui peuvent varier de 8 à 200 Hz.
Ce type de stimulation antalgique, qui permet de combattre la douleur sans recourir à des médicaments, utilise 2 mécanismes physiologiques différents pour obtenir ce résultat:
1. La production endogène d'endorphine bêta et d'encéphaline grâce à l'activation du système endorphinique avec des fréquences très basses de stimulation (< 8 Hz). Ce type de stimulation, qui présente un déclenchement lent, produit un effet anti-douleur général.
2. La production de sérotonine et le blocage des signaux algogènes (gate control) vers les centres nerveux supérieurs. La stimulation s'effectue dans ce cas avec des fréquences plus élevées (à partir de 80 Hz).
La sérotonine et le mécanisme du “gate control” produisent une action antalgique rapide mais de brève durée.



MODE D'APPLICATION


Les TENS, qui utilisent un courant biphasique, symétrique et compensé, s'utilisent selon deux modalités différentes d'application:
- inhibition sensitive segmentaire contre des douleurs aiguës et localisées
- libération d'endorphine pour traiter des douleurs chroniques et diffuses.



ACTION ANTALGIQUE PAR INHIBITION SENSITIVE SEGMENTAIRE

  • Il existe dans le corps humain deux types de fibres nerveuses afférentes, c'est-à-dire des fibres qui conduisent les informations de la périphérie au niveau encéphalique. Les premières sont des fibres de grand diamètre, dénommée fibres A-bêta, responsables de la conduction de la sensibilité tactile de la périphérie jusqu'au niveau central. Les secondes, dénommées fibres A-delta, sont d'un diamètre inférieur et conduisent la sensibilité dolorifique au niveau encéphalique.
  • Une différence supplémentaire entre ces deux types de fibres consiste dans le fait que les premières présentent un seuil d'excitation bas, alors que les secondes montrent un seuil d'excitation plus élevé. Sur le parcours du signal algogène de la périphérie au centre se trouve, au niveau de la moelle épinière, un interneurone inhibiteur, qui fait les fonctions de sélecteur du signal.
  • Le courant TENS, à travers la stimulation des fibres A-bêta de grand diamètre, provoque l'excitation de l'interneurone inhibiteur. Son activation, qui empêche aux signaux algogènes d'arriver au niveau encéphalique, bloque la sensation de douleur.
  • Ce mécanisme a été dénommé, par Melzack et Wall qui l'identifièrent en 1965, “effet portillon” ou "Gate Control” .
  • figure 1.
  • Dans ce mode de stimulation TENS, les impulsions devront être de courte durée (< 1 msec) avec une fréquence comprise entre 80 et 150 Hz. L'intensité doit êtreconfortable et ne produire qu'une sensation de picotement (seuil de la sensibilité tactile).
  • Pour être efficaces, les traitements devront durer au moins 30'


ACTION ANTALGIQUE PAR LIBERATION D'ENDORPHINE

  • Endorphine et enképhaline sont des protéines produites dans le cerveau, qui ont des fonctions semblables à la morphine et sont présentes dans différentes structures du système nerveux central, pour cette raison, elles sont particulièrement efficaces dans la sédation de la douleur.
  • Ces morphines endogènes sont les neuro médiateurs naturels de l'analgésie: elles peuvent se fixer sur les récepteurs cellulaires de structures cérébrales comme le thalamus, le système limbique, le tissu réticulé produisant une sédation de la douleur comparable à celle de la morphine.
  • L'électrostimulation avec les courants TENS peut stimuler la libération de ces substances endogènes semblables à la morphine.
  • Les recherches on en effet démontré que des traitement de 30' avec des courants de basse fréquence et d'une intensité élevée, capables de produire une secousse musculaire rythmée presque au seuil de la douleur, peuvent augmenter le taux d'endorphine de 20% par rapport aux valeurs de base. Cette augmentation se maintient au cours des 30' qui suivent l'arrêt du traitement. 
Crée mardi 09 février 2010


HAUT