POUR NOEL, COMMANDEZ AVANT LE 25 DECEMBRE ET RECEVEZ UN CADEAU !                                            

Mon panier (0) 
Mon compte

Courants excito-moteur

Electro Muscle Stimulation

ELECTRO MUSCLE STIMULATION


L'électrostimulation est une technique qui, à travers l'utilisation d'impulsions électriques qui agissent sur les points moteurs des muscles (motoneurones), provoque une contraction musculaire tout à fait semblable à une contraction volontaire.
La plupart des muscles du corps humain appartiennent à la catégorie des muscles striés ou volontaires, avec 200 muscles environ de chaque côté du corps (400 environ au total).


Physiologie de la contraction musculaire

Le muscle squelettique exerce ses fonctions à travers le mécanisme de la contraction.
Quand une personne décide de faire un mouvement, dans le centre moteur du cerveau se génère un signal électrique qui est envoyé au muscle qui doit se contracter.
Quand l'impulsion électrique atteint la plaque motrice sur la superficie du muscle, celle-ci provoque la dépolarisation de la membrane musculaire et la libération des ions Ca++ à l'intérieur. Les ions Ca++, en interagissant avec les molécules d'actine et de myosine, déclenchent le mécanisme de la contraction que conduit au raccourcissement musculaire.
L'énergie requise pour la contraction est fournie par l'ATP et secondée par un système de rechargement de l'énergie basé sur des mécanismes aérobiques et anaérobiques qui utilisent des carbohydrates et des graisses. En d'autres termes, la stimulation électrique n'est pas une source d'énergie directe mais elle fonctionne comme un instrument qui déclenche la contraction musculaire.
Ce même type de mécanisme s'active quand la contraction musculaire est produite par les EMS; celles-ci jouent alors le rôle d'une impulsion naturelle transmise par le système nerveux moteur.
A la fin de la contraction, le muscle se relâche et retourne à son état d'origine.


Contraction isotonique et isométrique

La contraction isotonique se manifeste quand, au cours d'une action motrice, les muscles concernés vainquent la résistance extérieure en se raccourcissant, ce qui détermine un état de tension constante sur les extrémités tendineuses.
Quand, par contre, la résistance extérieure empêche le mouvement, la contraction de la musculature, au lieu de provoquer un raccourcissement, détermine une augmentation de la tension sur ses extrémités: cette situation est appelée contraction isométrique.
L'électrostimulation utilise normalement une stimulation en condition isométrique parce qu'elle permet d'obtenir une contraction plus puissante et plus efficace.


La distribution des différents types de fibres dans le muscle


Le rapport entre les deux principales catégories (type I et type Il) peut varier sensiblement.
Il existe des groupes de muscles qui sont typiquement composés de fibres de type I, comme le muscle soléaire, et des muscles qui n'ont que des fibres de type II comme le muscle d'Aeby, mais dans la plupart des cas, ces deux types de fibres coexistent.
Les études conduites sur la distribution des fibres dans le muscle ont révélé le rapport étroit qui existe entre le motoneurone (tonique ou phasique) et les caractéristiques fonctionnelles des fibres innervées parce motoneurone et ont démontré qu'une activité motrice spécifique (et sportive en particulier) peut déterminer une adaptation fonctionnelle des fibres et une modification des caractéristiques métaboliques de celles-ci.

Type d'Unité motrice        Type de contraction               Fréquence
Tonique   ST                          contraction lente I                  0 - 50 Hz
Phasique  FT                         contraction rapide II                50 - 70 Hz
Phasique  FTb                       contraction rapide II b            80 - 120 Hz

Grâce à la possibilité de stimuler avec des fréquences spécifiques, l'électrostimulation, permet d'entraîner avec précision les fibres qui interviennent dans le geste que l'on souhaite entraîner (fibres rapides pour des gestes explosifs et fibres lentes pour des actions de longue durée) ou de transformer le métabolisme et les caractéristiques des fibres intermédiaires de façon à les rendre plus aptes à exprimer l'action souhaitée.

Crée mardi 30 octobre 2012


HAUT